EVENT Oct 13
ABSTRACT Oct 13
Abstract days left 0
Viewed 300 times

CFP for a Special Issue interconnections: journal of posthumanism : fungal turn (Special issue for interconnections: journal of posthumanism)

N/A
Organization: interconnections: journal of posthumanism
Event: Special issue for interconnections: journal of posthumanism
Categories: Postcolonial, Hispanic & Latino, Comparative, Interdisciplinary, Popular Culture, Gender & Sexuality, Women's Studies, World Literatures, Aesthetics, Anthropology/Sociology, Classical Studies, Cultural Studies, Environmental Studies, Film, TV, & Media, Food Studies, History, Philosophy, African & African Diasporas, Asian & Asian Diasporas, Australian Literature, Canadian Literature, Caribbean & Caribbean Diasporas, Indian Subcontinent, Eastern European, Mediterranean, Middle East, Native American, Scandinavian, Pacific Literature, Science
Event Date: 2023-10-13 to 2023-10-13 Abstract Due: 2023-10-13

 

CFP for a Special Issue interconnections: journal of posthumanism

Appel à contributions pour le numéro hors-série de interconnexions : revue de posthumanisme

Guest Editors  Dr. Allison Mackey and Dr. Elif Sendur

 

CFP: Fungal Turn- French version to follow.

A growing body of contemporary fiction and film, along with more political and practical networks, such as zines, conferences, and writing collectives, engage with fungal discourses to think about the porous and permeable limits of bodies, to reconsider our relationship with space, time, death and decay, and to imagine novel ways of perceiving, living, and resisting power. What is perhaps most attractive to this novel spatial concurrence of politics, ontologies, and knowledge lies in the fungi's liminal position as neither animal nor vegetal but intimately connected to both biologically and evolutionarily. This bifurcated and ambivalent perspective modeled by fungal entanglements suggests unsettling and symbiotic relationships where an objectified environment subsumed by a masterful Anthropos is abandoned for the sake of an intra-active becoming (as Karen Barad suggests). Indeed, mycelial networks propose relational fruiting bodies, and more importantly, they show the possibility of a resilient relationality that refutes simple linear causal agencies.

 

Interest in fungal networks is not new[1] yet whether we encounter them in HBO's recent video game adaptation of The Last of Us, in the zines of Spore Liberation Front,  or in the fungal faces of Xiaojing Yan, we notice mycelial ontologies' demand to be more visible in their dismantling of our current approaches towards being in the world and becoming with it. Hence, we perceive a more urgent and imminent investment in fungi and mycelium via their ontological and political potential. We call this new appeal a fungal turn. This new interest is not limited to literature, film, and aesthetic objects: for example, The Radical Mycology convergence has been organized every year since 2011, where participants celebrate mushrooms and mycelium in their political, ethical, and intersecting contexts. Similarly, Mushroom Writing School is a type of writing collective that emphasizes mycelial creative writing networks.

 

When Anna Tsing traced the multilayered material relations of matsutake mushrooms, she declared the end of the hegemony of the Christian Western man's perspective and asserted that "the time has come for new ways of telling true stories beyond civilizational first principles. Without Man and Nature, all creatures come back to life, and men and women can express themselves without the structures of parochially imagined rationality" (vii). Yet, one major challenge to engaging with the liminal and multilayered perspectives that fungal networks offer is imagining the radical ontologies that they provide outside of rational frameworks. As Merlin Sheldrake asks in Entangled Life: "Is it possible for humans, with our animal brains and bodies and language, to learn to understand such different organisms? How might we find ourselves changed in the process?" (29) What would it mean to actually pay attention to the fungal—not just mushrooms themselves as visible, fruiting bodies, but also complex, interspecies mycorrhizal networks—beyond the figurative, as a material model that can potentially challenge humanist frameworks? For example, Eugenia Bone notes paying attention to the fungal teaches us that "everything that lives is plural." (283). In this sense, as radically ecological entities, fungi embody the fundamental reality of ecological interconnectedness, collaboration, and interspecies entanglement. Serpil Oppermann's notion of "compost poiesis" reconciles a "continuous decomposition and recomposition" that "veers us away from anthropocentricity by transforming sites of decay into vibrant sites of fecund imagination" (136-137).

 

This CFP proposes to think of fungal spaces and bodies as sites of real connections between art and sciences, as sites of plurality and resilience in literature, film, art, and media. Beyond taking the fungi as a metaphor, how can we also attend to the working of these fungal worlds, in their refusal to disappear and ability to thrive under dire circumstances–regenerating life from death and decay––in their potential to undo our taken for granted anthropocentric ontologies and epistemologies?

 

We invite papers on topics including, but not limited to, the following:

?      Fungal spatiality, environments

?      Concepts of fungal contamination, resistance, and resilience

?      Queer spatiality, queer and weird becoming in speculative literature and media

?      Excesses of space and body/porosity/merging/co-constitution/ contamination/concorporation

?      Fungal approaches to the Anthropocene, Capitalocene, etc.

?      Fungal representation in bio-art, visual media, and literature

?      Ecocritical resistances and resilience in literature and media through fungi

?      Neoliberal appropriations of fungal and posthumanist discourses surrounding multiplicity and their critique

?      Material approaches to fungal and mycelial networks

?      Economies of fungi/ fungal economies and  critique in and around its real relations of productions/ distribution and exchange

?      Onto-epistemic decompositions and recompositions via fungi

?      Creative works on fungi, fungal networks and entanglements including original artworks, performative pieces, poems, and other arts.

Please send 600- 900 words chapter proposals along with a working title, bibliography, and your short bio to fungalturn@gmail.com by Friday, October 13, 2023.

For questions and inquiries please reach out to either Dr. Elif Sendur elifsendur@gmail.com or Dr. Allison Mackey dramackey@gmail.com

 

 

 

 

 

Appel à contributions : le tournant fongique

 

Un corpus grandissant, comprenant fiction contemporaine, films, ainsi que des réseaux plus orientés vers les sphères politiques et pratiques, tels que formés par des collectifs dédiés à la publication de zines, l’organisation de conférences ou l’écriture, se saisit de discours portant sur le fait fongique, afin de penser les limites poreuses et perméables des corps, de reconsidérer notre relation à l’espace, au temps, à la mort et à la décomposition, et de concevoir de nouvelles méthodes de perception, d’existence et de résistance au pouvoir. L’aspect peut-être le plus attrayant de cette nouvelle forme de coexistence spatiale, où politique, ontologies et savoirs se trouvent placés en état d’intersection, tient à la position liminaire de l’organisme fongique : ni pleinement animal, ni végétal, mais lié à chacun biologiquement et évolutionnairement parlant. Ce paradigme, structurellement marqué par la bifurcation et l’ambivalence propres aux enchevêtrements fongiques, évoque et implique une gamme de relations désarçonnantes et symbiotiques, dans lesquelles un environnement objectifié, se rapportant à un Anthropos tout-puissant, cède la place à un devenir intra-actif (tel que proposé par Karen Barad). En effet, ce que les réseaux de filaments mycéliaux proposent, ce sont des organismes relationnels fructifères, mais, plus important encore, ce qu’ils soulignent, c’est la possibilité d’une résilience informée par relationnalité, qui réfute les corrélations linéaires de simple causalité.

Quand bien même l’intérêt porté aux réseaux fongiques n’est pas nouveau[2], on observe dans sa traduction récente, par exemple dans la dernière adaptation sous forme de jeu vidéo de The Last of Us, création de HBO, les zines publiés par le Spore Liberation Front, ou encore les bustes fongiques de Xiaojing Yan, une intention plus apparente, plus marquée, que les ontologies qui leurs sont liées défassent et déconstruisent nos approches existantes quant à la question de notre être au monde, et de notre devenir avec lui. Aussi, un tel balayage nous permet de constater un investissement du fait fongique et de ses réseaux mycélaires, à travers les potentialités ontologiques et politiques qu’ils renferment, marqué par une imminence et une urgence accrues. Nous proposons de désigner ce regain d’intérêt sous le vocable de tournant fongique. Ce regain d’intérêt ne se limite par ailleurs pas aux seules créations littéraires, filmiques et esthétiques : ainsi, les rencontres intitulées The Radical Mycology, qui se tiennent chaque année depuis 2011, permettent aux participants de chanter les vertus des champignons et de leurs réseaux mycélaires, à l’intersection des champs politique et éthique. Pareillement, Mushroom Writing School désigne désormais un type de collectif d’écriture qui place l’accent sur les pratiques créatives en réseaux d’inspiration mycélaire.

Lorsque Anna Tsing examina et retraça les relations matérielles aux multiples strates formées par les champignons matsutake, elle prononça par la même occasion la fin de l’hégémonie de la perspective de l’homme chrétien occidental, assurant que "[l]e temps est venu pour de nouvelles manières de raconter de vraies histoires au-delà des premiers principes de la civilisation. Débarrassées de l’Homme et de la Nature, toutes les créatures peuvent renaître à la vie, et les hommes et les femmes peuvent s’exprimer sans être enfermés dans les limites d’une rationalité imaginée étroitement." (vii). Pour autant, une des difficultés principales que rencontre celui ou celle qui aborde les perspectives liminales, multiples et fortement stratifiées qu’ouvrent les réseaux fongiques, consiste dans la capacité à imaginer et concevoir, en dehors de cadres rationnels, les ontologies radicales qu’elles constituent. Ainsi que le soulève Merlin Sheldrake dans Entangled Life : "Est-il possible pour nous humains, dotés que nous sommes de cerveaux, corps et langages animaux, d’apprendre à comprendre des organismes si différents ? Et comment pourrions-nous être changés au cours de ce processus ?" (29) Que pourrait signifier le fait de porter notre attention sur le fait fongique—pas seulement les champignons en tant qu’organismes visibles et fructifères, mais l’entièreté de leurs complexes réseaux mycorhiziens interspécifiques—au-delà de la logique figurative, en tant que paradigme matériel pouvant, potentiellement, remettre en cause les cadres de pensée humanistes ? Ainsi Eugenia Bone considère-t-elle que l’examen du fait fongique nous apprend que "tout ce qui vit est pluriel." (283). Dans ce sens, en tant qu’entités radicalement écologiques, les champignons incarnent la réalité fondamentale de l’état écologique d’interconnexion, de collaboration et d’enchevêtrement interspécifique. La notion de "poétique du compost" avancée par Serpil Oppermann réconcilie une "décomposition continuelle avec une recomposition" qui "nous conduit à l’écart de l’anthropocentricité, en transformant les lieux de décomposition en lieux vibrant d’imaginations fécondes." (136-137).

Le présent appel à contributions invite à considérer et investir les espaces et organismes fongiques comme des lieux de connexion à part entière entre arts et sciences, des lieux de pluralité et de résilience, traversant la littérature, le film, les arts et les médias. Au-delà d’une simple prise en compte des champignons en tant que métaphore, comment peut-on également prendre part à l’opération de ces territoires du fongique, dans leur refus de disparaître, et leur capacité à s’épanouir dans des conditions extrêmes––accomplissant une régénération vitale à partir de la mort et de la décomposition––dans leur potentialité aussi de défaire notre manière de considérer comme acquises nos ontologies comme nos épistémologies anthropocentriques ?

Dans ce contexte, nous adressons notre appel dans le but de recueillir les contributions portant, de façon non exclusive, sur les sujets suivants :

?      Spatialité et environnement fongiques

?      Concepts tels que contamination, résistance et résilience fongiques

?      Spatialité queer, devenir queer et weird dans la littérature et les médias spéculatifs

?      Excès d’espace et corps/porosité/fusion/co-constitution/contamination/concorporation

?      Approches fongiques de l’Anthropocène, du Capitalocène, etc.

?      Représentation fongique dans le bio-art, les médias visuels et la littérature

?      Résistances et résiliences écocritiques par le biais des organismes fongiques dans la littérature et les médias

?      Réappropriations néolibérales de discours fongiques et posthumanistes portant sur la multiplicité, et critiques de celles-ci

?      Approches matérielles des réseaux fongiques et mycélaires

?      Économies de champignons/économies fongiques et critique dans et autour de ses rapports réels de productions/distribution et échange

?      Décompositions et recompositions onto-épistémiques et fongique.

?      Nous invitons également les essais créatifs sur les champignons, les réseaux fongiques et les enchevêtrements, les œuvres d'art originales, des pièces performatives, des poèmes et d'autres arts.

Veuillez envoyer votre proposition de chapitre de 600 à 900 mots avec un titre provisoire, une bibliographie et votre courte biographie à fungalturn@gmail.com pour le Vendredi, 13 octobre 2023.

Pour des questions ou préoccupations à propos de cet appel à contributions, veuillez contacter  Dr Elif Sendur elifsendur@gmail.com  et/ou Dr Allison Mackey dramackey@gmail.com.

 

           

Tentative Timeline for the Special Issue/ Chronologie provisoire pour cet hors- série.

Deadline to submit initial abstracts: October 13, 2023, Friday

Acceptance notices for the abstracts: October 27, 2023, Friday

First drafts deadline: January 12, 2024, Friday

Peer Reviews deadline: February 23, 2024, Friday

Second Round of Edits Deadline: March 22, 2024 Friday

Final version submissions deadline:  May 3, 2024 Friday

 

 

 

Bibliography

Barad, Karen. Meeting the universe halfway: Quantum physics and the entanglement of matter and meaning. Duke university Press, 2007.

Bone, Eugenia. Mycophilia: Revelations from the weird world of mushrooms. Rodale Books, 2011.

https://www.corporealwriting.com/mushroom

Oppermann, Serpil. "Compost" Veer Ecology: A Companion for Environmental Thinking. Eds. Jeffrey J. Cohen and Lowell Duckert. University of Minnesota Press, 2017.

Sheldrake, Merlin. Entangled Life : How Fungi Make Our Worlds, Change Our Minds and Shape Our Futures, Random House Publishing Group, 2020.

Spore Liberation Front. "Radical Mycology: an SLF Primer" .ed1. 2009. https://we.riseup.net/assets/287443/radical+mycology.pdf

https://radicalmycologyconvergence.com

Tsing, Anna Lowenhaupt. "The Mushroom at the End of the World." The Mushroom at the End of the World. Princeton University Press, 2015.



[1] For example Suzanne Simard’s introduction of the notion of the wood wide web (to describe the complex underground web of roots and mycorrhizal fungi that connect trees and other plants to one another) in the 1990s drew serious attention to the idea of mycelial relations. 
[2] En effet, l’introduction par Suzanne Simard, dans les années 1990, de la notion de Wood Wide Web (mettant en avant le complexe réseau de racines et champignons mycorhiziens qui connecte arbres et autres plantes les uns et unes aux autres), entraîna dans son sillage un fort intérêt pour les relations mycéliales.

fungalturn@gmail.com

elif sendur